FrancoFolies de Montréal - partie 2

Par Stéphanie Berrebi

Jour 4 placé sous le signe de la découverte

Alors que la pluie s’est invitée une partie de la journée sur Montréal, nous sommes allés chercher le soleil auprès de Laetitia Zonzambé, chanteuse de la République Centrafricaine. Mélange de chansons traditionnelles centrafricaines avec le funk et le groove, parfait pour démarrer une nouvelle soirée de concerts.

 

Gros coup de cœur avec la découverte de l’artiste Samuele. Ils sont quatre sur scène, guitare, batterie, contrebasse et cette chanteuse charismatique. On est quelque part entre le blues et le rock enflammé, les montées en puissance instrumentales sont saisissantes. Mais ce qui marque le plus est la personnalité de l’artiste, qui ne s’est pas laissée déstabiliser par les soucis techniques dus à la pluie, et son discours engagé et féministe, elle frappe avec justesse sur les travers d’une société phallocrate …

 

Petite déception avec Emile Bilodeau hier soir en mode power-pop. Nous l’avions découvert il y a trois ans au Festival de Granby, où il avait remporté le tremplin. Chanteur drôle avant tout, conteur de la jeunesse actuelle, nous aimions l’ambiance acoustique permettant à l’artiste d’être plus dans la théâtralité. Ceci étant, la salle était hier pleine à craquer et force est de constater qu’en très peu de temps, l’artiste a su son constituer une vraie base fans ! C’est en solo qu’il viendra en France dans quelques mois, et nous le recommandons chaudement …

 

Encore assez peu connu en France, le premier album de Karim Ouellet a connu un retentissement certain au Québec par l'attribution de nombre de récompense et était programmé comme tête d’affiche du soir. Que ce soit par sa voix aiguë, son groove, mais aussi par son côté romantique, Karim Ouellet nous fait penser à -M-. Un concert tout en générosité, en humour, en complicité… Il chante L’amour (du nom de son premier album qui connut un beau retentissement au Québec), mais aussi la nécessité de préserver la vie, de prendre son temps… Un répertoire humaniste, des musiques festives alliant électro, funk, rock, hip-hop… Un concert des plus rafraichissants.

 

C’est avec Fishbach que nous avons conclu la soirée… Musicalement inspiré des années 80’s, ce qu’on retient surtout chez Fishbach c’est la voix, le timbre guttural de Flora, rappelant Catherine Ringer. Pour un premier concert de ce côté de l’Atlantique, Fishbach et son répertoire hypnotique semble faire autant effet au Québec qu’en France.

 

CLIN D'OEIL PARISIEN

 

Un décor style Montmartre des années 50 en carton, des animations et des concerts tous les soirs étaient proposé par cette folle troupe parisienne : Le Petit Orchestre Parisien. Ils ont assuré en réinterprétant les classiques de la chanson Française, d'Aznavour aux Wampas... Le public était présent tous les soirs avec cette folle envie de valser, danser la chenille, le Madisson... Bref, de s'amuser. Un moment de plaisir pour les artistes et le public, une fête dans la fête qui fait du bien.